Quel jardin d’enfants choisir?

Dans la plupart des cantons de Suisse, les enfants ont légalement droit à une place en jardin d’enfants ordinaire à partir de l’âge de quatre ans. Bien entendu, les parents sont tout à fait libres de rechercher une solution privée. Ils ont alors le choix entre différents modèles.

La fréquentation du jardin d’enfants est obligatoire dans la plupart des cantons de Suisse. C’est pourquoi les parents se posent généralement la question de l’établissement dans lequel inscrire leur enfant entre son troisième et son quatrième anniversaire. Faut-il – comme c’est d’ailleurs le cas pour 95% des enfants en Suisse – opter pour la maternelle ordinaire publique du domicile? Ou une autre solution serait-elle mieux adaptée à la famille, aux convictions personnelles et à la conception individuelle de la vie? D’une manière ou d’une autre, les parents ont aujourd’hui le choix. Jardin d’enfants ordinaire public, école enfantine Rudolf Steiner, Montessori ou en forêt, maternelle sans jouets ou mettant l’accent sur l’enseignement bilingue – il est conseillé de se renseigner précisément avant de faire définitivement son choix. Chacune de ces variantes a ses propres principes directeurs. Ce qui importe, c’est que ceux-ci coïncident avec les conceptions et valeurs des parents en matière d’éducation.

Exigences concernant le jardin d’enfants
Avant de choisir le futur jardin d’enfants, le mieux est de vous rendre sur place pour visiter l’institution en vous posant les questions suivantes: le personnel enseignant vous est-il sympathique, à vous et votre enfant? Quels sont les principes pédagogiques de l’établissement? Les locaux sont-ils lumineux et agréablement aménagés? Existe-t-il des possibilités de se mettre en retrait ou des coins câlins? Quelle est la taille du groupe? Existe-t-il un jardin ou une cour avec des jeux tels que des toboggans, bacs à sable ou tours d’escalade? Des activités créatives et favorisant la mobilité sont-elles proposées? Les toilettes sont-elles propres et hygiéniques? La distance séparant l’établissement du domicile est bien entendu elle aussi déterminante. L’enfant peut-il s’y rendre à pied ou doit- il toujours être conduit en voiture? Des camarades de jeu avec lesquels il pourrait faire le trajet ou qu’il pourrait rencontrer durant son temps libre habitent-ils à proximité? L’emploi du temps du jardin d’enfants est-il compatible avec vos horaires de travail? Les parents ont-ils le droit de participer aux décisions? Et enfin, à quels coûts faut-il s’attendre?

Une bonne préparation est essentielle
Une fois que vous avez trouvé une place dans un jardin d’enfants adapté à votre famille, il est important de préparer votre enfant à ce nouvel univers. Parlezlui de ce qu’il y fera. Vous pouvez explorer avec lui le chemin jusqu’à l’institution et peut-être jouer avec lui sur le terrain de jeu attenant durant les aprèsmidis libres. Il se pourrait qu’il fasse ainsi la connaissance d’un futurcamarade. Malgré toute leur joie anticipée, de nombreux enfants ont quelques difficultés à s’acclimater dans les premiers temps. Durant les premières semaines, ils ont du mal à lâcher prise et à se séparer de leurs parents. Dans cette situation, il est important que les parents lâchent eux aussi prise et fassent confiance au personnel enseignant. Une bonne alchimie entre eux et les jardinières est donc décisive.

Les différents modèles de jardins d’enfants

Le jardin d’enfants public ordinaire – préparation à l’école obligatoire
Après la révolution industrielle, les premiers jardins d’enfants appliquant des principes pédagogiques ont été créés au cours du XIXe siècle. Aujourd’hui, le jardin d’enfants fait partie du système éducatif suisse. Dans la plupart des cantons, une place en jardin d’enfants durant un à trois ans est un droit légal. À l’heure actuelle, la plupart des enfants suisses y sont scolarisés durant leurs 5e et 6e années. De nombreux changements sont en cours. En raison de l’évolution des structures sociales et familiales, beaucoup de communes introduisent des horaires blocs et le nombre de jardins d’enfants où les enfants peuvent rester pour le repas de midi augmente. Par ailleurs, de nombreuses écoles enfantines participent à des projets spécifiques, comme les maternelles sans jouets.

Principes directeurs: le jardin d’enfants favorise le développement socio-affectif, psychomoteur et cognitif des enfants et les prépare à leur entrée à l’école, sans recourir à l’évaluation systématique de la performance et sans sélection. Les enfants sont encouragés en fonction de leur niveau de développement et de leurs besoins. L’accent est mis sur le développement de l’autonomie et des compétences personnelles, sociales et spécifiques. Les programmes éducatifs des jardins d’enfants reposent sur les mêmes bases et objectifs de formation que ceux du niveau primaire. Les cantonsdécident de l’organisation des premières années de scolarité (jardin d’enfants, niveau primaire ou élémentaire).

Le jardin d’enfants ordinaire attache une importance particulière à la promotion linguistique. La pratique supplémentaire de l’allemand en tant que seconde langue est ainsi encouragée de manière ciblée chez les enfants de langue étrangère. Bon à savoir: l’école obligatoire ne laisse pas le libre choix de l’école, c’est-à-dire que les parents ne peuvent pas décider dans quel jardin d’enfants public ils souhaitent inscrire leurs enfants, qui sont automatiquement affectés à un établissement. Une demande de changement d’affectation peut bien entendu être déposée à titre exceptionnel, mais elle requiert d’excellents motifs pour être acceptée.

Coûts: la fréquentation de l’école publique obligatoire (jardin d’enfants compris) est gratuite pour tous les enfants.

Informations: toutes les villes et communes disposent de jardins d’enfants publics.

Jardins d’enfants sans jouets – jouer sans jouets
L’idée du projet de prévention des addictions «Jardin d’enfants sans jouets» a pris naissance en Allemagne et constitue l’une des approches de prévention de la toxicomanie les plus marquantes et spécifiques au niveau des écoles enfantines. Elle obtient aujourd’hui progressivement une reconnaissance internationale. Certains jardins d’enfants publics suisses la mettent également en oeuvre afin de donner des impulsions ciblées en faveur d’une promotion judicieuse de la santé.

Principes directeurs: dans le cadre du projet «Jardin d’enfants sans jouets», tous les jouets préfabriqués et les offres de jeu sont supprimés pendant une période de 10 à 12 semaines. Cela permet de créer une situation dans laquelle les enfants ont la possibilité de tester leurs propres capacités et limites.

Les objectifs du projet sont
- d’étendre les compétences sociales et cognitives de l’enfant,
- de lui apprendre à gérer l’ennui,
- de développer sa créativité et de lui apprendre à concrétiser ses idées,
- de régler les différends de manière constructive.

Important: l’absence de jouets n’est pas synonyme d’absence de jeux, bien au contraire! Pendant cette période, les enfants jouent de manière intensive, en décidant euxmêmes à quoi et quand. Ils peuvent pour cela utiliser des boîtes, des linges, des tables, des chaises, etc.

Coûts: le projet «Jardins d’enfants sans jouets» est soutenu dans la plupart des cas par l’office cantonal ou régional de la prévention des addictions.

Informations: auprès des offices cantonaux ou régionaux de prévention des addictions.

 

Modèles alternatifs de jardins d'enfants:

Écoles Steiner – axées sur les enfants, www.steinerschule.ch

Montessori – favoriser l’estime de soi, www.montessorisuisse.ch

Globegarden – des solutions individuelles, www.globegarden.ch

Jardin d’enfants en forêt – la nature au premier plan, www.waldkindergarten-biel.ch

créée par Christina Bösiger

Des articles qui pourraient vous interessez:

Mon enfant est-il surdoué?