Une nourriture saine

Vous n’avez pas à manger pour deux; les besoins en substances nutritives de votre corps augmentent pour que vous et votre enfant soyez en pleine santé.

Tout ce que vous consommez pendant la grossesse sert d’une part à vous nourrir, et d’autre part à assurer l’alimentation et la croissance de votre futur enfant. On s’abstiendra de suivre un régime ou de consommer de la «Junk Food» et l’on supprimera tout alcool. La Nature a bien fait les choses; il est très rare qu’un futur bébé ne subisse des troubles carentiels dus à l’alimentation mal équilibrée de sa mère.

Dans la plupart des cas, l’enfant prend ce dont il a besoin. Ce qui peut être dans certains cas à l’origine de certaines maladies de carence chez la mère. Pour les prévenir, la future maman doit prendre conscience de l’importance d’une nourriture saine et équilibrée. L’expression «manger pour deux» n’a que peu de sens. Ce dont vous avez besoin, c’est d’un apport supplémentaire en substances nutritives. Elles sont nécessaires non seulement pour votre futur bébé, mais aussi pour l’utérus, le placenta, pour la formation du tissu pectoral et pour la constitution d’une réserve de lipides qui vous sera indispensable pendant la période d’allaitement. Les besoins effectifs en énergie n’augmentent qu’à partir du 5e mois, et ce uniquement d’environ 350 calories par jour. Ce qui correspond à 5 décilitres de lait ou à 150 grammes de pain complet. L’augmentation des besoins calorifiques est donc minime; le besoin en calcium, par contre, s’accroît de près de 30%, tandis que celui en fer, vitamine D, acide folique et vitamine B6 est multiplié par deux.

Il est recommandé de faire quotidiennement cinq repas ou collations composés principalement de salade, légumes frais, fruits, aliments complets, poisson, laitages allégés (ils contiennent autant de calcium que les produits riches en matières grasses) et viandes maigres. On soulignera l’importance de l’apport en fer, car une carence en fer peut être à l’origine d’un accouchement prématuré. On évitera de consommer du foie. On trouve du fer non seulement dans la viande, mais encore dans les aliments complets, les oeufs et les légumes secs. à propos, en combinant la prise de vitamine C et de fer, on en facilitera l’absorption. En d’autres termes, il est conseillé de boire un verre de jus d’oranges ou de manger des poivrons crus pour accompagner un steak. Si vous êtes végétarienne, vous en informerez votre médecin qui vous prescrira, en cas de besoin, un complément à base de fer.

L’importance de l’acide folique
La prise d’acide folique revêt une très grande importance dans le développement de l’embryon. En cas de carence, le futur bébé courra le risque de naître avec une malformation congénitale, la spina bifida ou becde- lièvre. Bien que cette vitamine soit présente dans de nombreux aliments, par exemple dans les tomates, les céréales complètes ou le fromage, le besoin accru en acide folique ne peut que difficilement être couvert par l’alimentation uniquement. C’est pourquoi les médecins préconisent de prendre des préparations à base d’acide folique; l’idéal serait de commencer d’en prendre avant la grossesse. Vous trouverez de plus amples informations sur les produits riches en acide folique sur le site www.folsaeure.ch. Le calcium est indispensable au bon développement du squelette de l’enfant. Les aliments les plus riches en calcium sont les fromages à pâte dure, les noix, les brocolis et les haricots verts; ils ne devraient donc jamais manquer au menu d’une femme enceinte. Un manque de magnésium se manifeste souvent par l’apparition de crampes très caractéristiques aux mollets ou par un désir irrésistible de chocolat. Les noix, les légumes verts, les aliments complets et le chocolat sont particulièrement riches en magnésium.

L’alcool a des effets néfastes
Ne buvez plus d’alcool dès le moment où vous désirez être enceinte. Les spécialistes soupçonnent que l’alcool passe directement du placenta dans le sang de l’enfant à naître, sans avoir été éliminé par le foie maternel. Ce n’est qu’à partir de la quatrième semaine de grossesse que le foie de l’enfant se développe et il n’est pas encore en mesure d’éliminer l’alcool. Ce qui peut entraîner des troubles du développement et des lésions organiques et neurologiques chez l’enfant. L’alcool est aussi appelé «voleur de substances nutritives» car il empêche leur absorption complète ou conduit à une élimination accrue de ces substances indispensables pendant la grossesse. Ceci est valable pour la thiamine (vit. B1), le zinc, la vitamine A et l’acide folique. Il est donc plus sûr de renoncer complètement à l’alcool pendant la grossesse.

créée par Nadia Fernandez

Des articles qui pourraient vous interessez:

Le lait maternel, aliment optimal

Histoires à table