Où et comment accoucher

Il est enfin arrivé, le grand moment auquel vous vous préparez depuis des mois et que vous attendez certainement avec impatience. À juste titre, car ni vous ni votre conjoint n’oublierez jamais cet instant merveilleux où vous tenez votre enfant pour la première fois dans vos bras. La naissance est un événement important dans la vie d’une famille. Prenez donc le temps de décider où et comment vous voulez mettre votre enfant au monde.

Informez-vous suffisamment à l’avance sur les différentes possibilités d’accouchement et sur les endroits où on les pratique: en clinique ou à la maison, sur un lit d’hôpital traditionnel, une chaise d’accouchement ou dans une baignoire. Mais ne vous braquez pas sur une méthode choisie une fois pour toutes. En effet, votre enfant vous montrera peut-être dès maintenant qu’il veut et peut participer à la décision. Peut-être viendra-t-il plus tôt que prévu et bouleversera tous vos plans.

La mère et l’enfant sont les acteurs principaux de l’accouchement. Conjoint, compagnon, sages-femmes, médecins et infirmières ne sont que des assistants. Mais des assistants dont vous ne voudriez pas vous passer, car ils vont vous seconder efficacement grâce à leur amour ou leur expérience, vous soulager par des massages, vous expliquer tout ce qui vous arrive, vous calmer, vous encourager ou tout simplement vous tenir la main de temps à autre. Il peut cependant arriver que des complications nécessitent leur intervention. Dans ce cas, vous devez être certaine que toutes les personnes concernées sont en mesure de décider à quel moment il faut intervenir dans le déroulement naturel de l’accouchement. Si elles le font trop tôt, ce serait dommage car cela vous priverait de l’expérience unique d’une naissance naturelle. En revanche, une intervention tardive risque d’avoir de graves conséquences pour vous et votre enfant. Il est donc important que vous ayez une confiance illimitée dans le personnel soignant et que vous ayez l’impression d’être en de bonnes mains, qu’il s’agisse de l’hôpital ou de votre domicile.

Au cas où des complications sont à prévoir, les futurs parents doivent opter pour un accouchement en clinique. En revanche, si tout se passe normalement et que la mère et l’enfant se portent bien, vous avez le choix entre les formules suivantes:

Accouchement à l’hôpital
Dans les hôpitaux modernes, l’intimité et les méthodes alternatives sont admises depuis longtemps. Finies les grandes salles de travail à l’éclairage agressif. Toutes les maternités organisent des visites régulières, permettant de présenter et d’expliquer l’hôpital, la salle de travail et les différentes formules d’accouchement. L’infrastructure médicale dont disposent nos hôpitaux modernes doit être prête pour les urgences, mais elle ne doit pas dominer. Lorsque les futurs parents arrivent à la maternité, ils ne doivent pas avoir l’impression d’entrer dans un hôpital. L’atmosphère doit être accueillante et tranquille.

Au cas où des complications graves sont à craindre pour la mère ou l’enfant, il est préférable de se rendre dans une maternité comprenant, si possible, un service intensif pour nouveau-nés. Cette option est même impérative pour les naissances prématurées, car les nouveau- nés très petits ont besoin de rester tranquilles, tout transport constituant un facteur à risque, en particulier au niveau des hémorragies cérébrales. Lorsqu’une naissance prématurée semble imminente, la femme enceinte est directement acheminée vers un hôpital régional, de manière à rapprocher l’enfant le plus possible du service des soins intensifs. Dans ces cas-là, l’expérience des situations extrêmes et l’infrastructure médicale priment sur l’intimité.

Si vous accouchez à l’hôpital, vous quitterez en principe la clinique au bout de 6 ou 7 jours après la naissance. Pendant cette période, on prend soin de vous, on vous gâte un peu. Si vous avez déjà des enfants, vous avez besoin de quelqu’un qui s’occupe d’eux et vous aide au ménage après votre retour à la maison. De nos jours, le «rooming-in» se généralise un peu par- tout. Cette pratique consiste à ce que vous puissiez avoir votre enfant auprès de vous tant que vous le désirez, même la nuit. En revanche, lorsque vous avez besoin de calme ou envie de vous reposer, on s’occupe de votre bébé à la nursery.

Accouchement ambulatoire
Vous quittez l’hôpital quelques heures seulement après l’accouchement, en compagnie de votre nouveau-né. Si la naissance a lieu le soir, toute la famille passe encore la nuit dans le lit à deux places et ne rentre que le matin, après avoir pris son petit déjeuner.

Pour soigner l’accouchée, on engage une sage- femme indépendante. Il faut également trouver une autre personne (par exemple une aide familiale) pour tenir le ménage et, le cas échéant, s’occuper des enfants. Renseignez-vous à tout prix avant la naissance sur la prise en charge des frais par la caisse-maladie!

Sortie d’hôpital avancée
En quittant la clinique le 2e ou 3e jour, vous avez besoin d’une sage-femme pour vous soigner et d’une aide pour le ménage.

Accouchement en clinique avec une sage-femme de votre choix
Quelques hôpitaux offrent la possibilité d’accoucher avec une sage-femme choisie par la maman (dont elle a, par exemple, fait la connaissance au cours préparatoire).

Accouchement à domicile
Beaucoup d’intimité et de complicité caractérisent l’accouchement à domicile. Vous avez sous la main tout ce qui vous est cher et qui pourrait de temps à autre vous encourager ou vous distraire un peu. La sage-femme qui vous a accompagnée tout au long de votre grossesse (ou tout au moins durant les dernières semaines qui précèdent la naissance) se rend chez vous pour l’accouchement. De par leur formation et leurs compétences, les sages-femmes sont aptes à gérer un accouchement qui se déroule normalement. Mais la plupart d’entre elles travaillent en collaboration avec un médecin; ainsi, une équipe susceptible de s’entraider en cas d’urgence est en place. L’accouchement à domicile n’entre en ligne de compte que lorsque la mère est en bonne santé et qu’il n’y a pas la moindre complication en vue pour elle ou pour l’enfant. La sage-femme apporte ce dont elle a besoin. Elle vous fera savoir en temps voulu combien de linge il faut préparer et, le cas échéant, quelles sont les autres mesures à prendre.

L’Association suisse des sages-femmes, secrétariat central, Flurstrasse 26, 3014 Berne, tél. 031 332 63 40, fournit une liste des sages-femmes indépendantes.

Maisons de naissance
Les maisons de naissance complètent le choix offert aux futures mamans de mettre leur enfant au monde chez elles ou en milieu hospitalier. La femme et son compagnon peuvent vivre etorganiser eux-mêmes la naissance de leur enfant dans une ambiance sereine, chaleureuse et familière. Bien entendu, la femme est libre de choisir la position qui lui convient pour accoucher. Elle a le choix entre la chaise d’accouchement, diverses medicine-balls, l’espalier et un bassin d’accouchement. Les sages-femmes proposent également des moyens alternatifs de soulagement: massages, aromathérapie et homéopathie. Les contrôles de grossesse permettent de faire mutuellement connaissance et de créer ainsi un climat de confiance.

Dans une maison de naissance, le degré de sécurité pour la mère et l’enfant est le même que dans une maternité, car seules les femmes dont les examens ne montrent rien d’anormal y sont admises. Dans certaines maisons de naissance, le couple peut déjà rentrer chez lui quelques heures après la naissance. Alors que dans d’autres maisons, la famille peut y passer les premiers jours suivant l’accouchement. à la fin du séjour, la sage-femme rend visite quotidiennement à la jeune maman et à son enfant à domicile. L’éventail des prestations qu’offrent les sages-femmes indépendantes est très varié et diffère selon les maisons de naissance. On peut, par exemple, y suivre des cours de préparation à l’accouchement, de restructuration corporelle ou de massages pour bébé.

Si vous avez l’intention de mettre votre enfant au monde dans une maison de naissance, contactez rapidement les sages- femmes qui y travaillent. On notera que l’assurance de base prend en charge les prestations des sages-femmes. Vous trouverez l’adresse des maisons de naissance de votre région dans notre infothèque ou sous www.geburtshaus.ch.

Après l’accouchement
Une naissance douce ne se termine pas quelques instants après l’apparition de bébé. C’est une partie de l’histoire qui vous lie à votre enfant. Cette interdépendance a commencé pendant la grossesse et se poursuivra dans les semaines suivant la naissance. D’où l’importance d’avoir un entourage qui vous comprenne et vous permette de vous consacrer vingt-quatre heures sur vingt-quatre à votre bébé. Vous apprendrez ainsi à devenir parents et vous familiariserez toujours davantage avec cet être unique qu’est votre enfant.

créée par Esther Mogicato